Entretien avec Coco : « Pour ma part, j’ai essayé de ne pas tomber dans cette « sensibilité » du sujet »

 

Entretien dessiné mené par Malha Bentaleb, membre d’AFA jeunes

Exposition

« France-Algérie, dessins de presse »

BnF

21 mars au 24 juin 2012

                      

COCO, de son vrai nom Corinne Rey, née le 21 août 1982, est dessinatrice de presse, d’humour et caricaturiste. Elle vit et travaille à Paris Actuellement, Coco donne des cours de BD à l’Ecole Alsacienne (Paris 6ème)

 

-          Malha Bentaleb : Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce projet ?

Coco : J’aime me confronter à de nouvelles expériences, et je n’ai pas eu encore beaucoup d’occasion de dessiner sur le thème franco-algérien. La BnF est une belle vitrine, et le projet m’a permis de rencontrer des personnes très sympathiques au sein de l’Association France-Algérie. Et puis cela a été un grand plaisir pour moi d’être exposée avec des dessinateurs comme Loup, Wingz, Dilem, Aurèle, Haroun… Ce sont des gens pour qui j’ai énormément d’admiration (ps : message à Loup : Tu restes mon préféré et je t’adooooooore!! ( (Rires) )

-          Que vous évoquaient les relations France-Algérie avant de travailler sur ce sujet ?

Coco : La guerre d’Algérie, évidemment (et malheureusement), les Harkis, des rapports à vrai dire encore sensibles entre les deux pays. Ceci dit, j’ai volontairement souhaité ne pas traiter cela, mais de quelque chose de plus serein, décalé et humoristique dans mes dessins… Comme pour aller de l’avant.

-          Quelles sont les découvertes qui vous ont le plus marqué au cours de votre travail ?

Que la question des rapports franco-algériens demeurent encore si « tabou » dans certains esprits. (C’est pourquoi je salue l’initiative de cette exposition)

-          Quand on aborde un sujet aussi sensible que ces relations, comment trouver le ton juste?

Pour ma part, j’ai essayé de ne pas tomber dans cette « sensibilité » du sujet. J’ai voulu apporté un regard frais, neuf, et sortir de ce « tabou ».

Le but pour moi n’était pas de montrer des rapports complexes mais d’amener à les voir autrement, avec une sorte de dérision et de distance.

-          Vous êtes-vous imposé(e) des limites à ne pas franchir ?

Non puisque j’ai souhaité traiter le sujet de manière décalée, et de sortir des clichés sur ce thème.

-          Pouvez-vous choisir l’un des dessins que vous exposez à la BnF et nous en parler ?

Oui : j’ai dessiné un coq et un chameau qui s’embrassent avec en intitulé :

« Ils s’aiment ».

 

 

 

 J’ai donc pris un symbole animal de chaque pays afin d’envoyer un message réconciliateur. Un Algérien et un Français qui s’embrassent, c’eut été peut-être moins drôle, moins compris et surtout, cela a déjà été fait maintes fois (Charlie Hebdo, campagne Benetton…)

Là, le message est clair, amusant, et parle aux petits comme aux grands. Par ailleurs, ce dessin a beaucoup plu à l’Association France Algérie et je m’en ravis.

-          Avez-vous eu des retours sur les dessins exposés ? Qu’en pensez-vous ?

Oh la la, oui ! Je travaille dans une école où j’anime un atelier BD et je fais des affiches pour diverses manifestations. Enormément d’élèves se sont rendus à l’exposition et sont venus me voir à l’école pour m’en féliciter. Certains m’ont même demandé des autographes ! (rires) Des collègues de travail aussi, ainsi que des amis. Les retours ont été très positifs : l’initiative de cette exposition a été très bien accueillie par tous.

 -          Quel regard portez-vous sur les dessins de presse en France et/ou en Algérie ?

Il est une énorme différence de liberté d’expression, et c’est bien dommage. Un « Charlie Hebdo » en Algérie, je ne crois pas que ce sera pour tout de suite, mais qui sait… Les mentalités évolueront peut être un jour… Il y a peu de femmes dans le dessin de presse en France, en Algérie c’est (quasi ?) inexistant. Il y a pourtant tellement de choses à dire, à défendre et contester…

-          Quels sont vos projets aujourd’hui ?

Dessiner, dessiner, dessiner…

Je travaille sur un projet de livre (BD reportage), je continue mon travail dans la presse (Charlie Hebdo, Vigousse, Psikopat, L’Humanité, etc), les festivals de dessin. Je fais le métier dont j’ai toujours rêvé, qu’il y a-t-il de mieux à projeter ? (sourire)

Blog : www.leblogdecoco.fr

*Une grand merci à Lise, Yacine et Gil pour ce beau projet.

Quand vous voulez pour la prochaine exposition ;-)

 

Les commentaires sont fermés.